Les IOB dans le viseur

Alors que la crise continue d’affaiblir les marchés mondiaux, la structure même de l’écosystème des organismes prêteurs connait des modifications en profondeur afin de régir le marché du rachat de crédit notamment de façon plus sûre pour les consommateurs.

Les différentes mesures de la loi éditée par l’ancienne Ministre de l’économie, Christine Lagarde, continuent de faire parler d’elles. Alors qu’elles ne sont pas encore toutes passées devant le Sénat, certaines d’entre elles commencent à porter leurs fruits. La loi amendée en octobre 2010, par exemple, a pour but de délimiter avec précision le champ d’investigation des IOB. Ces derniers qui sont les Intermédiaires en Opérations bancaires possèdent un rôle particulièrement important entre les consommateurs et les banques. Leur objectif principal est de trouver le meilleur prestataire pour un client donné.

La protection des consommateurs accrue

Alors que seulement 20 % des volumes totaux en matière de rachat de crédit passent par un IOB en France, Ce même volume est de 60 % chez nos amis anglais. Derrière ce pouvoir, le but est de proposer des rachats de crédit dans les meilleures conditions et aux meilleurs taux aux différents clients. En effet, lorsqu’un client va directement se rapprocher de sa banque, cette dernière sera bien plus opaque que les IOB afin de contracter avec le dit client. De plus, la loi de juillet 2010 qui n’a pas encore été votée a pour but de délimiter le rôle des banques, à savoir les obliger à donner toutes les informations relatives à un crédit (situation après contraction, coût réel du crédit, etc…).

Tags: ,

Comments are closed.